Une pratique du surf

SÛRE ET RAISONNÉE

avec la charte de qualité ECO-SAFE Surfing

Pourquoi ECO-SAFE ?

  • ECO POUR ÉCOLOGIE : sensibilisation à l’environnement par le biais d’une activité de nature et retours terrain auprès des collectivités territoriales pour les aider dans leur démarche de qualité et de sécurité des plages. Volonté aussi de suivre les avancées technologiques visant à rendre le matériel de surf éco-responsable.
  • ECO COMME ÉCONOME : économie en ressources humaines et matérielles pour avoir un impact minimum sur l’environnement naturel et humain.
  • ECO, C’EST UNE VISION SOLIDAIRE de l’économie du surf, pour s’inscrire dans une économie locale saine et diversifiée.
  • ECO POUR MINIMISER LA QUANTITÉ AU PROFIT DE LA QUALITÉ : l’éco-tourisme est le tourisme de demain. Le tourisme de masse, amoureux du béton et des marées humaines est révolu. Nature et bien-être sont les deux ingrédients essentiels qui motivent ce nouveau tourisme.
  • ECO COMME ÉCHO, pour changer l’image du surf, sport réputé individualiste, et fédérer les idées et les intérêts de la profession autour d’actions solidaires.
  • SAFE COMME SÉCURITÉ : celle de la pratique du surf, par la prévention et la recherche innovante de matériaux ; celle des lieux de pratique, par la préservation de l’environnement.

Pourquoi NOUS REJOINDRE ?

Ce que propose l’association ECO-SAFE Surfing
à ses adhérents « écoles de surf » :

  • UNE CHARTE DE QUALITÉ
    …pour défendre un enseignement exigeant, sûr et respectueux de l’environnement.
  • UNE PASSERELLE VERS LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES
    …pour discuter les enjeux communs d’une utilisation raisonnée de la plage,
  • UN ESPACE D’INFORMATION, DE DIALOGUE ET DE RÉFLEXION POSITIVE
    …pour améliorer la qualité et la sécurité de la pratique surf, en prenant en compte la dimension environnementale.
LES ÉCOLES DE SURF SONT AU PREMIÈRES LOGES, jour après jour, elles sont témoins des phénomènes à l’œuvre sur l’espace côtier, l’impact humain, les phénomènes d’érosion, les problématiques liées à la sécurité dans le milieu aquatique.
La concurrence sauvage, le cours de surf au prix de la pizza avec un moniteur sous-qualifié, une réglementation à deux vitesses, de cela également dépend la survie, non seulement d’une profession, mais surtout de la qualité de l’enseignement du surf en France.

DE SPECTATEURS DE VOTRE DEVENIR,
DEVENEZ ACTEURS, REJOIGNEZ-NOUS !

La charte DE QUALITÉ

LA SÉCURITÉ

  • CARTE PROFESSIONNELLE délivrée par la DDCSPP (La Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations).

    DES DIPLÔMES QUALIFIANTS, et la reconnaissance d’une hiérarchie dans leur qualité : le BREVET D’ETAT ou BREVET PROFESSIONNEL (une année de formation) sont supérieurs au diplôme européen ISA (une semaine de formation).

    L’EXPÉRIENCE : l’ancienneté de l’enseignant ou de la structure est un gage de qualité, car l’expérience est formatrice.

    DES BREVETS DE SECOURISME MIS À JOUR (recyclage une fois par an).

    LES MOYENS MATÉRIELS D’ASSURER LA SÉCURITÉ : trousse de secours complète / matériel d’intervention (palmes ou planche) / moyen d’alerter (téléphone) / liste des organismes de secours (SAMU, pompiers, police, postes de secours) / Fiche protocole d’intervention.

    OUTILS PÉDAGOGIQUES DE QUALITÉ : planches en mousse, leachs, combinaisons, lycras.

    DISCOURS PÉDAGOGIQUE AXÉ SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES : conseils adaptés aux conditions météorologiques et au niveau des pratiquants (zone de surf, gestion des distances de sécurité, du courant, des risques de choc avec les planches, protocole sécurité pour gérer sa planche et son leach, etc.).

  • CHOIX DU LIEU ET DU MOMENT DE PRATIQUE : la plage et le banc de sable adapté à la sécurité des élèves selon son niveau, en tenant compte des paramètres météorologiques (forme du banc de sable, vent et houle, marée) et humains (gestion des zones de bains et des autres écoles de surf ou simples usagers).

    LA RECONNAISSANCE DE LIMITES À NE PAS DÉPASSER, d’ordre essentiellement environnementales : dangers, liés à la foudre, aux vagues et/ou au vent, créant des conditions trop hostiles pour maintenir un niveau correct de sécurité (exemple : tempête, marée trop basse ou trop haute), événements exceptionnels (pollution, catastrophe naturelle, etc), prise en compte du drapeau rouge.

    UN PROTOCOLE DE ROTATION SPONTANÉE ENTRE MONITEURS de surf lorsque le lieu de pratique est saturé d’élèves surfeurs : des rappels au bord pour débriefing pédagogique permettent une rotation des groupes qui alternativement rentrent et sortent de l’eau par tranches de 10 minutes. Une bonne gestion de la dérive des élèves permet aussi de ne pas aggraver les empilements humains (deux stratégies selon la force du courant : maintien rigoureux en face d’un point de repère, lorsque le courant est faible / recouvrement de groupes, par fort courant, le groupe A laisse passer le groupe B dérivant pour aller occuper la zone laissée vacante).

    UNE LIMITE RAISONNABLE DU NOMBRE D’ÉLÈVES PAR GROUPE : maximum de 8 élèves par moniteur (obligatoire).

LA PÉDAGOGIE

DIPLÔMES, ancienneté et expérience comme pré-requis de cette qualité.

ADAPTATION AUX CONDITIONS ET AU NIVEAU de pratique des élèves : conseils adaptés à chaque individu.

DOUBLE OBJECTIF : gérer le milieu marin + progresser techniquement.

OBJECTIF ATTEINT : aisance et autonomie.

OBJECTIF MINIMA : l’élève ne constitue pas un danger pour lui même ou pour les autres.

OBJECTIF VERTUEUX : une activité de nature concourt à sensibiliser le public aux issues environnementales (respect du cordon dunaire, explication de l’écosystème plage, de la topographie mouvante du littoral et de ses espèces animales et végétales).

Vous voulez ADHÉRER ?

DEVENEZ MEMBRE de l’association ECO-SAFE Surfing
cotisation annuelle : 50 €

Télécharger la fiche d’adhésion

N’hésitez pas à nous contacter,
ou rencontrons-nous !

LES NEWS

  • 4 novembre 2018 Mieux comprendre les enjeux du surf avec la sociologie

    Ludovic Falaix nous livre une série d’articles, rédigés par un collectif de chercheurs, qui décryptent les dynamiques mises en œuvre dans le surf : augmentation du nombre de pratiquants, marchandisation du surf, mise en tourisme, concurrence déloyale des moniteurs ISA (évoquée depuis fort longtemps par le SNEFS), rapports du surf aux institutions, système des sous-concessions de plage, accidentologie et responsabilités, autant de thématiques qui éclairent le quotidien des écoles de surf :

    - …Lire l’article

  • 24 juillet 2018 Surf Instructeur : BPJEPS versus ISA

    Des tour operators étrangers sur le marché français du surf

    Cela fait bien longtemps que le marché français des cours de surf est investi par des écoles de surf originaires d’autres nations européennes.

    Ces écoles ont recours à des moniteurs de surf peu qualifiés au regard des standards français concernant l’encadrement des cours de surf. Elles échappent également à tout un arsenal de contrôles et d’autorisations qui pèsent sur les écoles de surf françaises. Et qui leur permettent d’exercer une concurrence déloyale sur le marché de...

    - …Lire l’article
  • 3 avril 2017 Educateur et secouriste

    Au début de la prise en charge d’un accident, les premiers gestes sont souvent déterminants. Tout le monde devrait connaître les bases du secourisme.

    Les moniteurs de surf mettent la prévention des risques en avant de leur action pédagogique, de sorte que les accidents sont somme toute assez rares dans la pratique encadrée du surf. Un élève se trouverait néanmoins en difficulté, ils sont formés pour lui porter assistance de manière adaptée et efficace : parfois, ils ont le BNSSA (brevet de nageur sauveteur), en outre, ils ont l’obligation de posséder le PSE1...

    - …Lire l’article
  • 14 juillet 2017 Peut-on surfer éco-responsable ?

    On déplore souvent qu’une activité de nature, telle que le surf, utilise des matériaux polluants : la résine époxy qui entre dans la composition des planches, les matériaux issus de l’industrie pétrochimique que l’on retrouve dans les néoprènes des combinaisons ou encore les leachs et autres produits, souvent fabriqués à l’autre bout du globe.

    Or, des initiatives poussent la recherche dans le sens d’un respect de l’environnement. Souvent, il s’agit d’un ou deux individus dans leur garage, d’autres fois d’entrepris...

    - …Lire l’article

CRÉDITS

CONCEPTION & RÉALISATION

Disthinktive Communication

HÉBERGEMENT

OVH

CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES

Photothèque Éric LAFARGUE.